Qu’est-ce que le Shiatsu des Méridiens, ou Zen-Shiatsu?

Posted By carole on Avr 20, 2016 |


Qu’est-ce que le Zen-Shiatsu, ou Shiatsu des Méridiens?

 

D’abord, quelques mots de vocabulaire, histoire de savoir de quoi on parle…

SHI : doigt

ATSU : pression

JUSHA : la personne qui reçoit le shiatsu

HARA : zone située entre le nombril et le pubis, mer de l’énergie vitale qui nous anime et centre de gravité du corps. Quand nous sommes dans notre Hara, nous sommes en mesure de nous adapter et de faire face aux turbulences qui traversent, quand même assez régulièrement, nos vies.

KI : cette notion étant fondamentalement orientale, il est franchement compliqué, voire impossible, de la traduire avec précision. Le plus souvent, on parle d’”énergie” ou encore du poétique “souffle”. Le concept du Prana indien s’en rapproche également. Le KI circule dans notre corps par le biais des méridiens. Il est présent dans toutes les manifestations de vie, de la nature. Le KI japonais se prononce QUI, le QI chinois se prononce TCHI.

 

Définition du Shiatsu de MASUNAGA Shizuto, le fondateur de l’école IOKAI et de la théorie du Zen-Shiatsu : « Le shiatsu comme traitement médical insiste sur la correction et le maintien en état de la structure osseuse, des articulations, des tendons, des muscles et des méridiens dont le mauvais fonctionnement perturbe l’énergie du corps et le système nerveux autonome provoquant la maladie. »

 

Shiatsu signifie donc littéralement : ” pression des pouces “. Cette technique manuelle, qui vient, comme son nom l’indique, du Japon, consiste à exercer des pressions des doigts, des paumes, et parfois des coudes ou des genoux sur des zones précises du corps, pour mobiliser le KI, dans le but de favoriser sa circulation, pour qu’il ne soit ni bloqué, ni entravé dans son mouvement. Les fondements théoriques du Zen-Shiatsu trouvent leurs racines dans la MTC, laquelle se base sur les trois philosophies que sont le Taoïsme, le Confucianisme et le Bouddhisme.

 

Cette technique nécessite une certaine attitude de la part du donneur : il s’agit d’être totalement à l’écoute du jusha, dans une attitude de non-vouloir. Le mouvement du Shiatsu part du hara, et non pas d’une réflexion intellectuelle, d’un effort mental. On ne cherche pas à identifier une maladie mais on essaie de comprendre le jusha dans sa globalité.

 

Alors, me demanderez-vous, le Zen-Shiatsu, il est différent en quoi?

 

Contrairement à la «digitopressure », soit des pressions sur les points d’acupuncture, le Zen-Shiatsu est une approche beaucoup plus profonde et globale, qui joint au développement d’un toucher tout en écoute la connaissance des fondements théoriques de la médecine chinoise traditionnelle. Il s’agit d’un soin holistique, qui touche tous les aspects de l’être humain.

 

Ainsi, le KI du jusha est “écouté” sur toute la longueur du trajet d’un méridien, et pas seulement en certains points. De plus, les deux mains sont utilisées : une main mère, stationnaire, yin, qui écoute et soutient la main « enfant », active et yang. Une connexion s’établit alors entre les deux mains.

 

Mais le mieux, pour comprendre et ressentir ce qu’est le Zen-Shiatsu, c’est d’essayer…

MASUNAGA